Actions & Manifs

En cas d’expulsion de la ZAD… tracts à diffuser

Comite-ZAD-94Voici des tracts qui appellent tous à la solidarité et à des actions de soutien en cas d’intervention sur la ZAD, que ce soit un début de travaux sur la zone ou d’opérations d’expulsion de la moindre habitation. Le premier RV à Paris est toujours le même depuis plusieurs années : le soir de l’intervention, RV à partir de 18h30 au métro Belleville. Le samedi suivant, on se donne RV à République à 13h, en fonction du timing nous verrons ce qu’il est possible d’organiser à ce moment-là (manif ou rassemblement).

Si des personnes souhaitent de rendre sur place en soutien, avant ou après une éventuelle intervention (qui devrait être connue le matin et confirmée sur zad.nadir.org ou sur la liste de notre comité de soutien), le plus simple est de joindre des habitant.e.s avant de se déplacer et/ou de consulter attentivement zad.nadir.org, qui donnera tous les éléments nécessaires pour que les différentes initiatives soient pertinentes selon la situation. (suite…)

4, 5 et 6 novembre : barricades de livres et de mots en attendant de défendre la ZAD

abecedaireLa ZAD de Notre-Dame-des-Landes est de nouveau menacée d’expulsion pour y construire un aéroport aussi inutile que nuisible. En venant planter un bâton le 8 octobre dernier, des milliers de personnes de tous horizons sont venues prêter serment – le serment de défendre la ZAD en cas d’expulsion en se rendant sur place ou en menant des actions en région.  

Certaines d’ entre-elles, issues du monde des livres, des lettres et des savoirs, se sont retrouvées au Taslu, la nouvelle bibliothèque de la ZAD. En attendant d’avoir à défendre la ZAD, menacée à tout moment d’évacuation, quoi faire ? Nous vous invitons à fabriquer ensemble un abécédaire de la ZAD, de A comme « Aéroport » à Z comme « ZAD ». Il se déroulera en deux temps : lors d’une soirée à Paris vendredi 4 novembre, puis sur la ZAD les 5 et 6 novembre, en collaboration avec des habitant-es de la zone.

Nous proposons d’abord d’apporter le 5-6 novembre au Taslu un livre qui nous tient à cœur, un livre de lutte et d’espoir, comme on apporte une pierre à une barricade. Prêtons ensuite main forte aux divers chantiers en cours. Et puis prenons surtout l’engagement de venir défendre la ZAD ou de participer aux actions décentralisées en cas de tentative d’expulsion.

Lire la suite du texte sur barricades-mots-zad.org

 

Les naturalistes ne lâchent pas la lutte

Les Naturalistes en lutte, un collectif né en 2013 en soutien à la ZAD qui est parvenu à démontrer les failles et les absurdités du recensement de la faune et de la flore menacées par le projet d’aéroport, appellent à nouveau à signer leur pétition qui vient tout juste de passer le cap des 10.000 signatures.

-> Pour signer, c’est ici

nel-especes-menacees (suite…)

Solidarité ZAD / Calais : rendez-vous en cas d’expulsions

Trouvez ci-joint un tract appelant au soutien croisé des habitrant.e.s de la zad et des migrant.e.s de Calais et d’ailleurs.

A Calais, le jour de l’expulsion étant prévu le lundi 24 octobre, c’est ce soir-là que le RV à 18h est annoncé au 18/20 rue des Pyrénées, Paris 20 (détails plus loin).

Calais : appel à soutien à Paris

Réagissons à la destruction imminente du bidonville de Calais !

De nombreux réseaux, associations, collectifs alertent depuis longtemps sur la situation des migrantEs en France – et notamment à Calais – par des appels, du matériel, des communiqués, des actions et des manifestations de solidarité. Ils convergent aujourd’hui pour refuser la décision de détruire le bidonville de Calais : au lieu de proposer de réelles solutions en faveur des personnes y vivant, les pouvoirs publics ne cherchent qu’à le faire disparaître ainsi que ses habitant-e-s et soutiens.
Nous appelons donc à des initiatives partout le jour où l’expulsion débutera.

Sur Paris, la coordination contre la répression et les violences policières, la CISPM (Coordination Internationale des Sans-Papiers et des Migrants), entre autres, appellent à se rassembler ce jour-là, devant le site du Ministère de l’Intérieur où se trouvent la DCPAF, Direction centrale de la police aux frontières et la DGEF, Direction générale des étrangers en France. Nous invitons toutes les structures à s’y joindre et à relayer cette initiative.

Rendez-vous ce jour-là à 18h, au 18/20 rue des Pyrénées, M° Porte de Vincennes.

Sur les autres lieux en France, si des initiatives similaires sont proposées, n’hésitez à nous communiquer les détails afin de faire circuler les informations : calais23janvier(AT)gmail.com

> Un rendez-vous encouragé par les soutiens sur place, qui se mobiliseront à la même heure à Calais.  

zadcalais

Sur la ZAD ou à Calais, Ni répression ni expulsion !

(texte du tract – merci au comité Zad Rennes d’avoir fourni la matière première)

Il y a différents territoires dont l’État Français ne peut tolérer l’existence sur son sol. Il s’agit de ces « zones de non-droit » où des humains vivent sans être répertoriés sur leurs registres. Zones où l’on se réfugie, où l’on échappe à la police et au béton. Zones qui sont un défi à leurs frontières et leurs projets d’aménagement du territoire. Zones où quelque chose existe qui n’est pas sous contrôle de l’État.
La « jungle » de Calais, la zad de NDDL. Il peut paraître indécent de les mettre sur le même plan, de comparer le sort de leurs habitants respectifs. Ici n’est pas notre propos.
Ce que nous observons, c’est qu’aux yeux des administrateurs de l’ordre des choses, ces deux zones présentent un point commun immédiat : toutes les deux sont à expulser de toute urgence. Quelques sombres calculs inavouables semblent avoir placé l’expulsion de la « jungle » de Calais en position prioritaire — nous devinons quel électorat il s’agit de séduire. Si bien que la zad de NDDL semblerait bénéficier d’un sursis inespéré… Maigre consolation.
Le gouvernement met un point d’honneur à expulser ces deux zones qui le mettent face à son impuissance et à l’aberration de sa politique. Que ce soit sur le plan migratoire ou écologique elle apparaît pour ce qu’elle est : une fantastique et terrifiante fuite en avant. Aucune rationalité, aucun humanisme ne justifient ces expulsions. Rien d’autre que le plus vil cynisme : le profit à court terme.
Mais en ces temps d’état d’urgence les ressources en forces policières sont bien épuisées, et ne peuvent assumer les deux interventions de front. Ils ont fait leur choix. D’abord Calais. Nous n’allons pas rester les bras ballants et profiter de ce petit répit. Nous ne sommes pas des politiciens. Nous ne faisons pas de petits calculs cyniques sur la misère des autres.
Les flics sont usés, continuons le boulot. Les comités de soutien de la zad appellent à mener des actions décentralisées dans toutes nos villes, le jour même où ils reprennent les opérations d’expulsion. Que ce soit sur la zad ou à Calais ! Qu’ils sachent qu’ils auront à mobiliser deux fois plus d’effectifs s’ils espèrent encore pouvoir garder leur monde sous contrôle. Ceci est une menace. Ceci est un appel. Soyons solidaires et conséquents.

Le soir même en cas d’expulsion…

► POUR LA ZAD : RV 18H SORTIE DU Mo BELLEVILLE
► POUR CALAIS : RV 18H au 18/20 rue des Pyrénées – Mo Pte Vincennes

 

Recours sur l’expulsabilité des habitants de la zad

Mise à jour 20 octobre : Rassemblement et occupation du cabinet des avocats d’ago-Vinci au 28 bvd de Launay a Nantes. Des habitant.e.s de la zad veulent avoir accès aux procédures les concernant. (cf le bilan de l’action sur Indymedia Nantes, lors de laquelle au moins 20 personnes ont été interpellées.)

(Zad.nadir.org, — 7/10/2016). Ce communiqué ainsi que que les courriers envoyés à la préfecture et aux tribunaux sont disponibles en pièce jointe, ainsi que la lettre type envoyée par les habitant.es de divers lieux de la zad à AGO-Vinci

Pour rappel – sur les barrières juridiques à l’expulsabilité des habitant.es de la zad

Le gouvernent a annoncé vouloir expulser les habitant.es de la zad à l’automne, mais cette expulsion pose un sérieux problème en terme juridique. Le domicile des habitant.es de la zad est protégé par la loi. Alors même qu’un certain nombre d’entre ell.eux vivant sur une quinzaine de fermes et habitats se sont identifiés à AGO-Vinci, illes n’ont jamais été informé de procédures à leur encontre pour les rendre expulsables. Pourtant, tout.es ont droit à des procédures nominatives, à être défendu.es par un avocat et sont susceptibles d’obtenir des délais. Si des procédures anonymes ont été mise en oeuvre de manière cachée par Ago-Vinci, celles-ci sont abusives et contestables en droit.

La suite sur zad.nadir.org.

Ci-dessous la campagne de fax et d’appels pour obtenir les informations sur les procédures cachées à l’encontre des habitants de la zad

(suite…)

Manif anti répression le 15 octobre à Paris

Le comité de soutien Paris IDF va rejoindre ce cortège qui partira de République à 12h30 pour aller jusqu’à Stalingrad (où partira à 15h la manif contre les traités CETA et TAFTA initié par Attac).

Manifestation commune en soutien aux inculpéEs, et contre les violences policières en manif, dans les quartiers populaires, envers les MigrantEs, et dans les ZAD

Samedi 15 octobre 2016 à 12h30 à République

CONVERGEONS, ORGANISONS-NOUS CONTRE LA REPRESSION !

Sans fouille, sans nasse et sans papiers

De République à Avenue de Flandres

Premiers signataires : Act Up-Paris, ADAMA, Alternative Libertaire, Association Amélior, CGA, CGT Energie Paris, CIP IDF, CNT-RP, Collectif 8 juillet, Collectif La Chapelle Debout, Collectif Ni Guerres Ni état de Guerre, Collectif pour la Libération de Georges Abdallah, Comité du 18 mai, Comité de Soutien à NDDL, Coordination contre la répression et les violences policières, CSP 75 Coordination des Sans-Papiers, DAL, Emancipation Tendance Intersyndicale, Ensemble !, Fédération SUD PTT, Fédération SUD Rail, Fédération SUD Santé Sociaux, Femmes Egalité, FERC Sup CGT de Paris 8, Info’Com-CGT, Mouvement Inter Luttes Indépendant, NPA, Nuit Debout Répu, OCL, PCOF, Prison Par Terre, RUSF Paris 1 Panthéon Sorbonne, Solidaires Paris, SUD Commerce, SUD Culture, SUD Education 75, SUD Education 92, SUD Education 93, SUD Industrie Francilien, SUD PTT 92, Urgence Notre Police Assassine, Vérité et Justice pour Ali Ziri…

Prises de paroles communes du 8 octobre

(Zad.nadir.org – 8 octobre 2016)

 Tout d’abord un très grand merci à vous tous d’avoir répondu si nombreux à l’appel de l’ensemble du mouvement anti-aéroport à venir ici ce 8 octobre sur la zad pour qu’y “résonnent les chants de nos bâtons”. Cette mobilisation, dont la date a été annoncée dès le rassemblement de l’été dernier a été préparée de la manière la plus collective. Des dizaines de cars, de tracteurs, des milliers de vélos, voitures, piétons nous ont rejoint. Merci à tous.

Nous avons vécu toute cette année de nombreux épisodes qui n’ont entamé ni la cohésion ni la détermination de notre mouvement.

Il y a presqu’un an, à l’occasion de la COP21 à Paris, le mouvement a dit combien le projet d’aéroport était climaticide, destructeur de terres vivrières, de biodiversité… En montant jusqu’à Versailles en convoi, puis en se rassemblant ici à notre Bourget 44. Avant même la fin de cette COP, la réactivation des procédures d’expulsions vis à vis des personnes ’historiques’ vivant et cultivant sur la Zad a été l’élément déclencheur de très fortes mobilisations devant le tribunal en décembre, puis le 9 janvier sur le périphérique de Nantes. Nous ne sommes pas près d’oublier les images des centaines de tracteurs-fourmis sur le Pont de Cheviré… Devant la persistance de la menace, nous avons organisé une mobilisation nationale le 27 février. Du jamais vu ! les deux côtés de la double-voie Nantes-Vannes envahies sur des kilomètres, la construction de la Vigie… A chaque étape vous avez répondu à nos appels, , toujours bien au delà de nos attentes…

<
>

Ces manifestations ridiculisant les tentatives du pouvoir d’accréditer le caractère “minoritaire groupusculaire” du mouvement, le gouvernement a dégainé une arme nouvelle, qu’il nous espérait fatale : un impossible ’référendum’, aussitôt requalifié en ’consultation’, pour le mois de juin. Très vite après son annonce, le mouvement dans son ensemble a dénoncé cette opération d’enfumage. Certains ont tenu des dizaines de réunions d’information, actualisé des argumentaires, réalisé des outils de campagne, et convaincu un nouveau public, comme l’ont prouvé le vote de Nantes, et celui des bourgs proches de Notre Dame. Une autre partie du mouvement a poursuivi, pendant cette période, sans s’impliquer dans la campagne, de nombreux chantiers pour l’avenir de la zad. Les constructions ont fleuri, les projets agricoles ont pris encore plus d’ampleur. Certains ont participé aux manifestations contre la loi travail, avec présence de tracteurs le 31 mars, ont ravitaillé des occupations, des piquets de grève, comme à la raffinerie de Donges. Tout ceci a renforcé les liens avec les salariés en lutte et avec la jeunesse de Nantes. Le 26 juin au soir, face au résultat de la consultation, nous nous sommes retrouvés tous ensemble, pour réaffirmer que nous ne pouvions nous sentir engagés par les résultats de ce non événement, que toutes nos raisons de poursuivre la lutte étaient intactes. Se croyant malgré tout forts du résultat de cette mascarade, les pro-aéroport et le premier ministre ont confirmé leur intention de procéder cet automne à l’évacuation et à la destruction de la ZAD de Notre-Dame-des-Landes.

Ces déclarations font fi de la situation juridique du dossier puisqu’entre autres les autorisations de travaux ne sont toujours pas accordées, les recours auprès de la Cour administrative d’appel concernant la loi sur l’eau, et les espèces protégées sont toujours en attente. La plupart des personnes habitant la zad ne sont pas juridiquement expulsables. La procédure de précontentieux, engagée vis à vis de la France par la Commission Européenne n’est pas close. Elle concerne le “saucissonnage” du dossier. La France doit fournir ses réponses par le biais d’un document annexé au Scot Nantes St-Nazaire, dont l’enquète publique est en cours (jusqu’au 21 octobre). Un point d’info spécial dans le rassemblement vous permettra d’en savoir plus. (…)

Lire la suite des prises de parole sur http://zad.nadir.org/spip.php?article4095

Manif sur la ZAD du 8 oct : réservez vos places en bus au départ de Paris

« Que résonnent les chants de nos bâtons ! »

Notre-Dame-des-Landes le 8 octobre 2016

NB: Les réservations pour mes bus sont closes
Nous seront près de 400 de l’IDF à nous rendre sur la ZAD le 8 !

 

zadaffiche8octcolorAcculé par les mobilisations massives des 9 janvier et 27 février, le gouvernement a organisé en juin une consultation biaisée. Se croyant forts du résultat de cette mascarade, les pro-aéroport et le premier ministre ont confirmé leur intention de procéder cet automne à l’évacuation et à la destruction de la ZAD de Notre-Dame-des-Landes, de ses cultures, de sa faune et de sa flore, de ses habitats et activités ainsi que des liens entre toutes celles et ceux qui se sont attaché.es à ce bocage. Ces déclarations font fi de la situation juridique du dossier puisqu’entre autres les autorisations de travaux ne sont toujours pas accordées.

Les porteurs du projet ne semblent pas avoir non plus mesuré la détermination de celles et ceux qui habitent ce bocage, des militant.es engagé.es à leurs côtés, le soutien dont ce mouvement bénéficie dans la région et bien au-delà, ainsi que l’implication des comités locaux. Ces 2000 ha de bocage et ce qui s’y vit sont aujourd’hui porteurs d’espoirs indéracinables face au saccage du vivant, des terres agricoles et à la marchandisation du monde. Il est impensable qu’ils disparaissent !

(suite…)

Vendredi 25 mars, expulsons le PS !

tagpsVendredi 25 mars, à 17h, devant le siège du Parti Socialiste 10 rue de Solférino : expulsons le PS !

Déménageons ceux qui aménagent nos vies à leur profit !

EXPULSONS LE PS !

Vendredi 25 mars à 17h, rassemblement carnavalesque devant le siège du
Parti Socialiste, 10 rue de Solférino
Venez déguisés, munis de quoi égayer la face grise du PS et ses bureaucrates !

==> Pour l’abandon du projet d’aéroport de Notre-Dame-des-Landes, de la loi « Travaille ! », de l’état d’urgence, etc.
==> Pour l’avenir de la ZAD et de toutes celles et ceux qui résistent à la marchandisation du monde (suite…)